Le biotope

Le biotope

L'aphyllante

 

[Aphyllanthes monspeliensis] (a privatif, pyllos feuille) Liliacées appelée dragon ou bragalou en Languedoc
De 10 à 30 cm, pousse souvent en touffes, de tiges nombreuses, elles est dépourvue de feuilles ; les tiges de 1 mm de diamètre sont nervurées. Elle pousse dans les garrigues marneuses à romarin, les fossés secs. C’est une plante vivace par sa souche que l’on voit souvent sur les bords des routes d’avril à juillet, ou sur les bords des chemins. C’est une très jolie liliacée à petite fleur bleu franc, ce petit brin de jonc est dépourvue de feuilles apparentes qui sont en réalité réduites à des gaines courtes et brunes de 3 à 8 cm. La fleur solitaire est entourée d’écailles (les bractées) d’un brun rougeâtre et luisant. Le périanthe (ensemble des enveloppes florales, calice corolle entourant les étamines et le pistil) bleu ou violacé a six divisions rapprochées et la base en entonnoir, rhizome court à racines minces. La matière première des brosses dites en « chiendent » était tirée des racines dures de la l’aphyllanthe en Languedoc. Les étamines de longueurs inégales, à filaments nus, placés proches de la base des sépales. Le fruit est une capsule à 3 arêtes, pointue, contenant 3 graines sombres. Ses grandes tiges fines et raides qui évoquent une touffe de jonc en miniature sont une adaptation pour limiter l’évapotranspiration. La pelouse à bragalou est recherchée par les chèvres et les moutons. Il semble que l’aphyllante donne un petit goût particulier et apprécié aux fromages. De plus, les initiés savent que l’on peut détacher avec délicatesse le calice et la corolle des fleurs sucrés et parfumés ; ils se dégustent comme de petites friandises.

   

Le chêne pubescent

[Quercus pubescens] Fagacées ou chêne rouvre, blanc, noir, truffier. Diamètre du tronc jusqu'à 1 m, taille 15 à 25 m. Âge de la maturité : 15 ans. Longévité : 500 ans et plus. Les tronc est tortueux, l'écorce noirâtre avec des crevasses courtes et profondes. Les jeunes rameaux vert grisâtre sont toujours recouverts d'un duvet dense et cotonneux. Le limbe des feuilles, tomenteux (aspect de duvet) reste longtemps pubescent (couvert de poils fins et courts). Le feuillage est marescent (qui se féltrit sur l'arbre sans se détacher, latin marcescere = flétrir). Les fruits sont agglomérés et presque sessiles dans une cupule à écailles opprimées et pubescentes ; d'où le nom de Chêne pubescent. Ces glands ne sont pas consommables . le Rouvre est un arbre plutôt montagnard. Il aime les terrains silicieux. Dans le midi, il se plaît sur des terrains secs et ensoleillés (bois clairs, friches, coteaux). Sous ce chêne et le chêne vert prolifèrent assez souvent les truffes. Le pubescent est une espèce monoïque ; les fleurs mâles sont des chatons lâches, pendants, jaunâtres, les fleurs femelles des bourgeons minuscules, pubescents, aux stigmates rouge vif, sesirlés, situés sur l'extrémité des jeunes rameaux. En France, le pubescent est le seul chêne méditerranéen à posséder des feuilles caduques. Son bois est dur et difficile à travailler ; il est utilisé comme bois de chauffage. Son écorce, riche en tanin est astringente (elle resserre et assèche les tissus vivants et facilite donc leur cicatrisation) et hémostatique (qui arrête les hémorragies). Les feuilles et cupules sont utilisées contre la dysenterie.
 

 

Le Fenouil

[Fœniculum vulgare] Apiacées (ancien ombellifères) Haute, vivace, pouvant atteindre 2,50 m (tige pleine vert bleuâtre devenant creuse avec l'âge) fleurs jaunes, feuilles en ombelles truffier. Diamètre du tronc jusqu'à 1 m, taille 15 à 25 m. Âge de la maturité : 15 ans. Longévité : 500 ans et plus. Les tronc est tortueux, l'écorce noirâtre avec des crevasses courtes et profondes. Les jeunes rameaux vert grisâtre sont toujours recouverts d'un duvet dense et cotonneux. Le limbe des feuilles, tomenteux (aspect de duvet) reste longtemps pubescent (couvert de poils fins et courts). Le feuillage est marescent (qui se féltrit sur l'arbre sans se détacher, latin marcescere = flétrir). Les fruits sont agglomérés et presque sessiles dans une cupule à écailles opprimées et pubescentes ; d'où le nom de Chêne pubescent. Ces glands ne sont pas consommables . le Rouvre est un arbre plutôt montagnard. Il aime les terrains silicieux. Dans le midi, il se plaît sur des terrains secs et ensoleillés (bois clairs, friches, coteaux). Sous ce chêne et le chêne vert prolifèrent assez souvent les truffes. Le pubescent est une espèce monoïque ; les fleurs mâles sont des chatons lâches, pendants, jaunâtres, les fleurs femelles des bourgeons minuscules, pubescents, aux stigmates rouge vif, sesirlés, situés sur l'extrémité des jeunes rameaux. En France, le pubescent est le seul chêne méditerranéen à posséder des feuilles caduques. Son bois est dur et difficile à travailler ; il est utilisé comme bois de chauffage. Son écorce, riche en tanin est astringente (elle resserre et assèche les tissus vivants et facilite donc leur cicatrisation) et hémostatique (qui arrête les hémorragies). Les feuilles et cupules sont utilisées contre la dysenterie.
 

   

Le Figuier de barbarie

[Opuntia stricta] cactacées. Les opuntia doivent leur nom à une variété de vraie figue cultivée à Oponte, ville de la Grèce antique. Stricta (étroite) fait référence à l'aplatissement des raquettes.Quant à la Barbarie, elle désigne le pays berbère, où les cactus, d’origine américaine, se sont facilement naturalisés. Les pétales de la fleur encerclent les nombreuses étamines. Les racines profondes vont rechercher la moindre eau – les organes aériens sont recouverts d’une cuticule cireuse qui limite l’évaporation. Les cactacées sont d’authentiques réservoirs d’eau en plein désert. Le fruit, juteux a un goût sucré. Les mexicains consomment les raquettes (débarrassées de leurs aiguilles) coupées et cuisinées comme de grands mangetouts. Avec le cœur de la plante, cuit, pressé et fermenté, on fabrique la Tequila.

 

La Lavande officinale

[Lavandula angustifolia] Lamiacées Cultivée depuis le XVI° siècle pour son essence très réputée en parfumerie, la Lavande habite une large partie des basses montagnes de la région méditerranée. Cet arbrisseau buissonnant présente un port en boule et un tronc tortueux d’où naissent de nombreuses tiges raides, peu divisées. Fleurs en épis étroits formées de verticelles, calice mauve velu, pétales bleu-violet. Les tiges florifères sont longuement nues sous l’épi de juin à août. Les feuilles et linéaires, persistantes, opposées, vertes à la base. Le fruit est en 4 parties, à 4 graines. La lavande est antiseptique, tonique et antispamodique, sédative, sudorifique et abaisse la tension. Elle est efficace sur les céphalées, l’asthme et les rhumes. Les espèces voisines sont la lavande aspic (lavandula lafifolia) aimant les terrains pierreux calcaires arides en basse altitude, la lavande vraie (lavandula vera) ou lavande femelle, la lavande à feuilles dentées (lavadula dentata). Le lavandin est l’hybride entre L.latifolia et L.angustifolia.

 
 

Le Laurier rose

[Nerium oleander] Apocynacées arbrisseau qui pousse au bord du cours d’eau, d’où le nom de genre « Nerum donné par Linné à la plante (grec nerion : humide). Le nom d’espèce oleander évoque une vague ressemblance avec les feuilles de l’olivier (olea). Le laurier rose est avec sa cousine, la pervenche, le seul représentant spontané de nos régionsn de ka famille des apocynacées. Son feuillage est persistant, la corolle gamopétale. La face inférieure de la feuille possède une cuticule cireuse qui témoigne de son adaptation à la sécheresse. Le laurier rose produit un latex très toxique, c’est un moyen de défense contre les herbivores. L’étymologie grecque du mot apcynacée – apo : loin de, kuôn : chien, atteste du danger qu’elle représente pour le chien et à fortiori pour l’homme. En pharmacopée, on en extrait des composés comme la digitaline ou la strophantine qui sont cardiotoniques ou diurétiques. Le végétal, macéré dans l’huile s’avère raticide acaricide, insecticide. Fleurs en denses bouquets terminaux à 5 pétales. Floraison continue du printemps à l’automne. Fruit, follicule ligneux, mur se fendant pour répandre de nombreuses graines plumeuses (aigrette blanche) d’octobre à février.

   

Le Térébinthe

[Pistacia terebenthus] Anacardiacées Terebinthus vient du grec terebinthus/arbre résineux. La résine du Térébinthe, après distillation, donne l’essence de térébenthine qui sert à dissoudre les corps gras, fabriquer les vernis, diluer les peintures, nettoyer les meubles. La feuille à nervation paripennée se termine par 2 folioles, la feuille imparipennée se termine par 1 foliole. L’espèce pilote des anacardiacées est l’anacardier (anacardium occidentale) qui fournit la noix de cajou. Le pistachier térébinthe est à feuilles caduques (le lentisque est à feuilles persistantes). Les fleurs mâles et les fleurs femelles portées par des individus distincts (on dit dioïques). Les fruits sont brun foncé à maturité, gros comme un pois. Le noyau dur contient une seule graine que disséminent les oiseaux frugivores au bec robuste. Le térébinthe présente des galles spectaculaires, longues en forme de gousses (15 cm de long) contenant des centaines de pucerons gris qui s’échapperont. La petite graine contenue dans le fruit du térébinthe est comestible, sa saveur rafraichissante et aigre était autrefois appréciée. Elle était utilisée pour traiter les affections buccales.

 
 

 


L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, Consommer avec modération